vineri, 9 ianuarie 2015

Sunt Charlie! Dar nu toți sunt Charlie




O lozincă exprimând solidaritatea cu victimele s-a impus de la sine în Franța și pe toate continentele, se pare. Rapid, efectul drmatiic atinge publicul complet dependent de marile surse monopolistice de «informații» care repetă în buclă același lucru. Printre ziariștii invitați pe platoul Canal Plus, în seara de joi 8 ianarie, unul spunea că de obicei face un soi de anchetă pentru a cunoaște reacția oamenilor la un subiect, ca apoi să facă în meseria lui, exact pe dos. Cum unanimitățile mi s-au părut mereu suspecte, procedes urmând sfatul lui Farrugia, fac exact pe dos și introduc aici opiniile diferite care nu vor ajunge niciodată să fie publicate în presa dominantă. Nu știu cine este Pasquin. Probabil un om de dreapta. Poate chiar creștin. E doar un exemplu. Iată ce scrie azi acesta pe Altermedia :
Je ne suis pas Charlie !
Publié le janvier 8, 2015 | Par François
Un billet de Pasquin dans l’Homme nouveau :
« Je ne suis pas Charlie : la liberté d’expression et la liberté de la presse ne sont pas le droit d’insulter, de mépriser, de blasphémer, de piétiner, de moquer la foi ou les valeurs des concitoyens, de prendre systématiquement de front les communautés musulmane ou chrétienne. « Un dessin est un fusil à un coup », disait Cabu.
Non je ne suis pas Charlie et nous étions choqués de voir Mahomet sous la forme d’une crotte enturbannée ou Benoît XVI sodomiser des enfants. Il ne s’agit pas de tolérance ou de libre-pensée : l’insulte est une violence. Je ne suis pas Charlie et je ne crois pas à l’union nationale décrétée par le Président de gauche. Ils se sont trompés depuis trente ans, ils sont en partie responsables de la situation actuelle. Je ne crois pas à leur capacité de lutte contre le terrorisme alors qu’ils détricotent chaque année la souveraineté du pays et sa capacité de défense et de justice.
Je ne suis pas Charlie et le Président se trompe encore en proposant les caricaturistes en héros nationaux, eux qui ont contribué à détruire le lien entre les communautés, méprisé le sens de la nation et caricaturé flics, gendarmes, militaires, eux qui ont fait du Français moyen un beauf. Des flics sont morts dans cette exécution sommaire alors qu’ils étaient caricaturés par ceux-là même qu’ils protégeaient. Je ne suis pas Charlie mais je suis Français et je vois mon pays sombrer dans l’horreur. J’entends des « Allah akbar » guerriers venant des banlieues et des politiques refuser de voir cette réalité. Pourtant Charlie est mort d’avoir minimisé les risques de l’islam radical. Vivant dans un pays chrétien ils ont cru pouvoir insulter sans risque. Je ne suis pas Charlie mais je suis chrétien. Je ne pense pas un instant qu’ils devaient mourir, ni qu’ils l’ont bien mérité. Paix à leur âme, et que Dieu les accueille, s’ils le veulent, dans sa miséricorde. Mais… je ne suis pas Charlie. »
source: Le Salon Beige


Logique !
Publié le janvier 8, 2015 | Par François

L’attentat contre ce héraut du conformisme qu’est Charlie Hebdo n’est que l’aboutissement du laxisme des autorités politiques de ce pays depuis des décennies face à l’islam et l’immigration incontrôlée tout autant que d’une politique étrangère contraire aux intérêts de la France et l’Europe.
On peut même s’étonner qu’avec près de 10 millions d’extra-européens sur notre sol des événements nettement plus graves ne se soient pas perpétrés. La perte de nos référents culturels, l’absence de défense de notre identité conduisent de jeunes hommes à s’identifier au combat djihadiste et à partir jouer les mercenaires en Syrie. Il n’est donc pas étonnant que quelques-uns d’entre eux estiment que le combat doit également être porté dans ce pays à la botte des Etats-Unis.
Car cet attentat est aussi le résultat d’une politique étrangère totalement indexée sur celle des Etats-Unis.

Sarkozy et Hollande sont sur la même longueur d’onde. En déstabilisant la Libye hier comme le fit Sarkozy, assisté de l’irresponsable Alain Juppé, lui-même aux ordres de cet illuminé de Bernard-Henri Lévy, on a détruit tout l’équilibre fragile qui régnait dans cette Afrique subsaharienne. On en paie aujourd’hui l’addition avec les opérations menées sans grands résultats au Mali et ailleurs. Et, comme si cela ne suffisait pas, on a continué à jouer les va-t-en-guerre contre la Syrie. Autant d’erreurs qui nous ont conduit à la situation dans laquelle nous nous trouvons aujourd’hui.
Mais, cela ne suffit pas aux irresponsables qui nous gouvernent puisque l’on procède de la même manière avec la Russie de Vladimir Poutine que toute la presse bien-pensante – c’est-à-dire l’écrasante majorité de nos médias – a transformé en bouc émissaire. Là encore, la patte de Washington …
Sarkozy hier, Hollande aujourd’hui, ne sont que les valets des intérêts du capitalisme anglo-saxon. Quant à la soi-disant liberté de la presse ou de la liberté tout court d’ailleurs, on se marre, on se gausse. Les lobbies juif et américain veillent au grain. La dernière fois que l’Europe était libre, c’était à l’époque des empires… austro-hongrois, français et allemands. Il y a bien longtemps.

En attendant, le talentueux Cabu et quelques autres ont payé la note en croyant défendre la liberté de penser. Paix à leur âme.

Le billet de Patrick Parment dans Synthèse nationale

Pentru istoricul acțiunii satiriștilor de la Charlie Hebdo reproduc un articol din Le Monde.
Hebdo» récidive
19 SEPTEMBRE 2012 À 08:52 (MIS À JOUR : 19 SEPTEMBRE 2012 À 11:45)

Le journal satirique publie de nouvelles caricatures de Mahomet, un peu moins d'un an après son numéro «Charia Hebdo» qui lui avait valu d'être incendié.
L’hebdomadaire Charlie Hebdo publie ce mercredi des dessins satiriques représentant le prophète Mahomet, après une semaine de tensions et de violences dans le monde contre le film islamophobe «L’Innocence des musulmans».SUR LE MÊME SUJET
RÉACTIONS
Caricatures : Rachida Dati grimace


Les ambassades et écoles françaises fermées vendredi dans vingt pays

ACTUALISÉ
Le site internet de «Charlie Hebdo» piraté


Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a «dans le contexte actuel» affirmé sa «désapprobation face à tout excès» tout en rappelant la liberté d’expression «dans le cadre de la loi». Il a appelé à «l’esprit de responsabilité de chacun». Le ministre de l'Intérieur reçoit quant à lui les responsables des musulmans de France, place Beauvau, ce mercredi midi. Seront notamment présents Mohammed Moussaoui, le recteur de la grande mosquée de Paris (GMP) Dalil Boubakeur et des représentants de l’Union des organisations islamiques de France (UOIF), réputée proche des Frères musulmansé.
Ces dessins «choqueraient ceux qui vont vouloir être choqués en lisant un journal qu’ils ne lisent jamais», a estimé le directeur de l’hebdomadaire, Charb, interrogé par iTélé, moins d’un an après la destruction criminelle des locaux du journal suite à une Une représentant Mahomet et jugée injurieuse par des extrémistes.
La une de Charlie Hebdo ce mercredi. Les caricatures de Mahomet sont en pages intérieures.
«Je n’appelle pas les musulmans rigoristes à lire Charlie Hebdo, comme je n’irais pas dans une mosquée pour écouter des discours qui contreviennent à ce que je crois», a encore dit Charb. «Si on reçoit des insultes, c’est parce que Charlie Hebdo est sorti du contexte "kiosque" et qu’il a été montré sur internet et qu’il touche un public plus large que d’habitude».
Il a estimé que les dessins publiés en page intérieure et en dernière page du journal ne sont pas plus provocants que d’habitude. L’une de ces caricatures montre Mahomet dénudé, dans une parodie d’une scène du film «Le Mépris» de Jean-Luc Godard où Michel Piccoli admire la chute de reins de Brigitte Bardot.
DE L'HUILE SUR LE FEU

Le recteur de la Grande Mosquée de Paris,Dalil Boubakeur (photo AFP), a appelé «à ne pas verser de l’huile sur le feu», tandis que Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, interrogé au Caire, s’est dit «contre toute provocation», tout en rappelant l’importance de la liberté d’expression.
Le Conseil français du culte musulman, organe représentatif des différents courants musulmans en France, a condamné «avec la plus grande vigueur ce nouvel acte islamophobe qui vise à offenser délibérément les sentiments des Musulmans». «Profondément attaché à la liberté d’expression», le CFCM «lance un appel pressant aux musulmans de France à ne pas céder à la provocation».
Le président du Crif Richard Prasquier (photo AFP) «désapprouve» les caricatures de Mahomet dans Charlie Hebdo qui, dans le contexte de tension actuel, relèvent d'«une forme de panache irresponsable», écrit-il dans une tribune transmise mercredi matin à l’AFP.
Les caricatures du prophète Mahomet parues dans Charlie Hebdo vont «susciter la répulsion de beaucoup de croyants musulmans qui vont se sentir blessés dans leur foi et qui vont chercher des moyens d’exprimer leur mécontentement», a déclaré le cardinal André Vingt-Trois (photo AFP), président de l'épiscopat français. Interrogé sur Europe 1 sur les dessins parus dans l’hebdomadaire, le cardinal a souligné : «Je ne veux pas les voir. Je pense que ce genre de provocations ne prospèrent que si elles suscitent l’intérêt. Je ne m’intéresse pas à ces provocations».
«On ne peut pas dire n’importe quoi sous couvert de la liberté d’expression, a ajouté Mgr Vingt-Trois. Je pense que ce qui caractérise une démocratie, c’est qu’on puisse avoir recours à des moyens de droit pour obtenir réparation».
L’Union des étudiants juifs de France (UEJF) apporte mercredi son soutien à Charlie Hebdo, qui publie des dessins satiriques du prophète Mahomet, estimant qu’il s’agit d’une«polémique déplacée» et que l’hebdomadaire ne provoque«personne». «Ceux qui attaquent Charlie Hebdo visent tous les défenseurs de la liberté d’expression», estime l’UEJF dans un communiqué. Pour son président, Jonathan Hayoun, «en publiant ces caricatures, Charlie Hebdo ne provoque personne et ne fait que mettre en acte un des principes fondateurs de notre pays», ajoute-t-il. «Face à ceux qui veulent inverser les valeurs et faire du blasphème une agression, Charlie Hebdo rappelle qu’en France, la liberté d’expression est une valeur inébranlable».
«INTOUCHABLES»
«Tout est parti d’une inquiétude des services français qui craignaient dans le contexte que Charlie fasse sa couverture avec une caricature de Mahomet. Il n’en est rien», a expliqué Charb à l’AFP.
La couverture, qu’il signe, représente un musulman dans un fauteuil roulant poussé par un juif orthodoxe, avec chapeau et papillote, sous le titre «Intouchables 2», allusion au film éponyme.
«Je leur ai dit qu’il n’y avait rien en couverture, le soufflé est retombé et je pense que M. Fabius n’avait pas vu la Une quand il a parlé en Egypte», a estimé Charb.
Le directeur de Charlie Hebdo s’est défendu de toute volonté de provocation: «si on commence à se dire, parce qu’il y a 250 excités qui manifestent devant l’ambassade des Etats-Unis, qu’il faut différer ou ne pas publier des dessins, ça veut dire que ce sont eux qui font la loi en France», a encore dit Charb.
Depuis sa diffusion la semaine dernière, le film islamophobe «Innocence of Muslims» («L’Innocence des musulmans»), produit aux Etats-Unis par un chrétien d’Egypte, a déclenché des manifestations anti-américaines dans le monde musulman qui ont causé la mort de plus de 30 personnes.
De nouveaux appels à manifester samedi, à Paris et dans plusieurs grandes villes de France pour protester contre le film circulaient mardi sur les réseaux sociaux.
Un fourgon de CRS a pris position près du bâtiment de sept étages où est installé Charlie Hebdo, dans l’est de Paris, non loin des anciens locaux de l’hebdomadaire, a constaté un journaliste de l’AFP.
Les locaux de Charlie Hebdo avaient été détruits par un incendie criminel dans la nuit du 1er au 2 novembre 2011 après la publication d’un numéro spécial rebaptisé «Charia hebdo», avec en Une la caricature d’un prophète Mahomet hilare. Une enquête est toujours en cours.
(AFP)

Niciun comentariu:

Trimiteți un comentariu