vineri, 19 decembrie 2014

Trei categorii de cititori de ziare, după Hitler

Am descoperit cândva acest text, pe care din păcate l-am uitat prea repede. Cenzura și controlul presei, cu cele două extreme, libertatea pălăvrăgelii și controlul total, sunt exact descrise de autor. Ar fi de comentat comparativ starea presei sub regimul comunist și sub regimul libertății din epoca Zaverei sau Restaurației, pe care o trăim din 1989 încoace.

Hitler 
LES TROIS SORTES DE LECTEURS DE JOURNAUX
Sursa http://hlv.cjb.net/
On a volontiers coutume, dans les milieux journalistiques, de désigner la presse comme une grande puissance dans l'Etat. En fait, son importance est véritablement immense et elle ne peut pas être sous-estimée : c est le journalisme qui, en effet, continue l'éducation des adultes.
Il est possible à cet égard de diviser, en gros, ses lecteurs en trois tranches.
1° Ceux qui croient tout ce qu'ils lisent.
2° Ceux qui ne croient plus rien du tout.
3° Les cerveaux qui examinent avec un sens critique ce qu'ils ont lu et qui jugent ensuite.
Le premier groupe est numériquement de beaucoup le plus grand. Il comprend la grande masse du peuple et représente, par suite, la partie intellectuellement la plus simple de la nation.
Ce groupe ne comprend pas telle ou telle profession particulière, tout au plus peut-on le diviser à grands traits selon les degrés d'intelligence. Mais il comporte tous ceux auxquels il n'a pas été donné, soit par la naissance, soit par l'éducation, de penser par eux-mêmes, et qui, par incapacité ou par impuissance, croient tout ce qu’on leur présente imprimé noir sur blanc. Ce groupe s'étend sur cette catégorie de fainéants qui pourraient bien penser par eux-mêmes, mais qui, par paresse d'esprit, s'emparent avec reconnaissance de tout ce qu'un autre a déjà pensé, supposant par modestie que ce dernier, ayant fait effort, aura pensé juste.
Chez tous ces gens, qui représentent la grande masse, l'influence de la presse sera tout à fait considérable.
Ils ne sont ni en état ni en humeur d'examiner par eux-mêmes ce qu'on leur présente, de telle sorte que leur abstention totale à traiter les problèmes du jour est presque exclusivement imputable aux influences extérieures qu'ils subissent. Ceci peut constituer un avantage quand ils sont éclairés par des auteurs sérieux et épris de vérité; mais c'est un désavantage, si ce sont des canailles ou des menteurs qui prennent soin de les renseigner.
Le deuxième groupe est bien plus faible numériquement. Il est en partie composé d'éléments qui avaient appartenu d'abord au premier groupe, puis sont passés après de longues et amères désillusions aux opinions contraires, et qui ne croient plus rien... dès que l'on s'adresse à eux sous la forme d'un texte imprimé. Ils haïssent tous les journaux ; ils n'en lisent aucun ou bien ils vitupèrent systématiquement sur leur contenu qui, selon eux, n'est qu'un tissu d'inexactitudes et de mensonges. Ces hommes sont d'un maniement très difficile, car, même devant la vérité, ils restent toujours méfiants. Ils sont par suite perdus pour tout travail positif.
Enfin, le troisième groupe est de beaucoup le plus petit. Il se compose des cerveaux véritablement intelligents et affinés auxquels des dispositions naturelles, ainsi que leur éducation, ont appris à penser, qui cherchent à se faire un jugement par eux-mêmes sur tout sujet et qui soumettent tout ce qu'ils ont lu à un examen et à des méditations très profondes et répétées.
Ils ne regarderont pas un journal sans collaborer longuement, mentalement, avec l'auteur dont la tâche est alors difficile. Les journalistes n'aiment donc ces lecteurs qu'avec une certaine réserve.
Pour les membres de ce troisième groupe, les sottises dont un journal peut enduire ses textes sont peu dangereuses ou, tout au moins, peu importantes. Ils se sont habitués au cours de leur existence à ne voir, au fond, dans tout journaliste, qu'un plaisantin qui ne dit la vérité que de temps en temps. Malheureusement, l'importance de ces hommes éminents réside dans leur intelligence et non pas dans leur nombre, ce qui est malheureux en un temps où la sagesse n’est rien et où la majorité est tout.
Aujourd'hui, où le bulletin de vote de la masse décide, c'est le groupe le plus nombreux qui a le plus de poids : et c'est le tas des simples et des crédules.

C'est un devoir d'Etat et un devoir social de premier ordre d'empêcher que ces hommes ne tombent dans les mains d'éducateurs pervers, ignorants ou même mal intentionnés. Aussi l'Etat a-t-il le devoir de surveiller leur formation et d'empêcher tout article scandaleux. Aussi doit-il surveiller la presse de très près, car son influence sur ces hommes est de beaucoup la plus forte et la plus pénétrante, car elle n'agit pas de façon passagère mais constante. C'est dans l'égalité et la répétition constante de son enseignement que réside toute son immense importance. Comme ailleurs l'Etat ne doit pas oublier ici que tous les moyens doivent concourir au même but. Il ne doit pas se laisser induire en erreur ni enjôler par les hâbleries de ce qu'on nomme la " liberté de presse ", qui le conduirait à manquer à son devoir et à priver la nation de cette nourriture dont elle a besoin et qui lui fait du bien ; il doit, avec un esprit de décision que rien n’arrête, s’assurer de ce moyen d'éducation et le mettre au service de l’Etat et de la nation.»

Liberalismul — o forma radicală a anarhismului, aplicată în «economie»

Detalii
Access subject to conditions

Ciudată? Nu, logică și necesară a fost și este legătura între anarhism, iudaism și liberalism. Liberalismul este forma radicală a anarhismului. Deregularizarea, piața liberă de orice control. Idealul anarhic total. Disoluția și moartea statului, așa cum fusese proclamată, chiar dacă nerealizată de revoluția lui Marx și Lenin. Triumful concurenței sălbatice, fără alte reguli decât acelea ale forței și vicleniei. Dan Culcer

Descriere
«Une étrange et magique rencontre...» C'est ainsi qu'Amedeo Bertolo définit dans son introduction la convergence ? entre la fin du XIXe et la moitié du XXe siècle ? de deux traditions que l'on aurait tendance à considérer comme étrangères l'une à l'autre. Mais il suffit d'évoquer les noms de Bernard Lazare, de Gustav Landauer, de Franz Kafka, de Gershom Scholem, d'Emma Goldman et de tant d'autres pour prendre conscience à la fois de la réalité complexe d'une telle rencontre, mais aussi de sa richesse, qui a influencé durablement à la fois le mouvement ouvrier international, les expériences communautaires en Argentine, aux Etats-Unis ou en Israël, mais également, en retour, le judaïsme moderne, ouvrant la voie à ce qu'il convient d'appeler sa version «laïque». Ce volume, issu d'un colloque tenu à Venise en 2000, retrace l'histoire de cet «anarcho-judaïsme» ou «judéo-anarchisme», de ses figures emblématiques et des débats qu'il a suscités, notamment lors de la création de l'État d'Israël, autour de la question du nationalisme.

Din Cuprins
Yiddishland libertaire (p. 11-16) | Utopie sociale et spiritualité juive (p. 17-31) | La question juive chez Max Stirner et dans la perspective libertaire (p. 33-44) | Apocalypse, messianisme laïque et utopie (p. 45-52) | Gershom Scholem entre anarchisme et tradition juive (p. 53-73) | « Le vrai lieu de sa réalisation est la communauté » (p. 75-89) | Le cas Franz Kafka (p. 91-112) | Anarchisme et judaïsme dans le mouvement libertaire en France (p. 113-124) | Anarchisme et sionisme (p. 125-142) | Réflexions sur l'antisémitisme dans le débat anarchiste (p. 143-158) | Formes de la militance juive radicale en Pologne (p. 159-171) | Anarchisme et judaïsme en Argentine (p. 173-180) | Anarchisme juif et communalisme aux États-Unis (p. 181-193) | L'anarchisme dans le mouvement des kibboutz (p. 195-205) | Anarcha-féminisme et judaïsme (p. 207-212) | Bibliographie sélective (p. 213-220) | Pages de fin (p. 221-224).